Il vaut mieux un petit chez soi qu’un
grand barnum chez les autres…

Q

uelle bonne surprise cette année : deux championnats nationaux près de chez moi. Cela faisait longtemps que j’en rêvais. Deux championnats c’était l’occasion de voir ce qui se fait de mieux en matière d’élevage, ce qui pour un éleveur me semble le plus important… Je dois dire que dans ce domaine je ne fus pas déçu et je félicite aussi bien le CDE que l’UOF pour ces deux réussites. Mais suite aux différentes critiques et à l’éditorial paru dans le CDE je vous fais part ci-après de mon ressenti de modeste éleveur.
Affilié à l’UOF et au CDE, plus à quelques clubs spécialisés, je commençais à compter les jours me séparant des dits championnats. Et, bonne nouvelle, le CDE venait d’acheter une salle en Vendée et donc multipliait pour moi les occasions d’assister à un national, voire d’autres manifestations. Avec enthousiasme j’en parlais à mes collègues de société affiliée UOF, et là grosse déception. Les critiques à propos de ce national CDE me stupéfiaient : le CDE n’était pas dans la légalité au niveau de l’achat de la salle, d’où venait l’argent ? De quel droit appelaient-ils leur concours un national (1) ? L’acharnement de ces personnes à démontrer que le CDE était l’ennemi à détruire me laissait sans voix.
De retour de ces deux championnats ce fut pire. La salle, la largeur des allées, son accès, le stationnement, l’éclairage furent remis en question. Ensuite vint le temps de la médisance, critiques non fondées ni vérifiées, volières fixées au sol, éclairage, choix des dates afin de gêner l’UOF dans l’organisation de son national et bien d’autres encore. La plupart de ces critiques étaient exprimées par des gens qui ne s’étaient même pas déplacés, le « on m’a dit » étant de rigueur. Comme disait mon ancien directeur « "On" est un c... qui s’exprime sur tout et que personne ne connaît ». Je rappellerai à ces personnes que certains nationaux UOF se sont déroulés en partie sous des barnums sans que personne ne s’offusque des conditions de jugement (d’où le titre de ce petit mot). C’est vrai, il reste à faire. C’est normal lors d’une acquisition non ?
Je voudrais simplement dire aux critiqueurs de tous bords que le CDE fait un national car c’est un club à vocation nationale et que par conséquent la réunion des éleveurs devient nationale. Le CDE n’est pas le seul club à organiser un national, alors quelle est la différence ? Leur dire aussi que les éleveurs UOF sont également pour certains adhérents au CDE et que lorsque les éleveurs CDE sont critiqués voir insultés par des présidents ou membres de bureau de club c’est leurs propres adhérents qu’ils critiquent ou insultent.
Le CDE et l’UOF peuvent cohabiter côte à côte, ils en ont le droit, le devoir et c’est légitime. Les deux entités pourraient s’unir face à certains groupements afin de défendre nos intérêts communs.
Personne ne gagnerait rien en cas de disparition d’une des deux entités, surtout pas les clubs car il s’agit des mêmes adhérents. Le CDE nous fait rêver avec sa revue et nous permet d’échanger à moindres frais les résultats de notre élevage. Ah au fait comment faites-vous Messieurs les critiqueurs ? (hypocrisie c’est le nom que cela porte).
Messieurs ne nous conduisez pas à l’arrêt de l’élevage par votre comportement. Vous êtes anti-CDE c’est votre droit mais dans la dignité, s’il vous plaît, et laissez vivre leur passion à ceux qui ont fait le choix de vouloir participer aux deux.

(1) Le Championnat de France des Oiseaux Exotiques existe depuis plus de 50 ans, c’est aujourd’hui le plus ancien en France.

 

DERNIERES NOUVELLES
VALEURS D'ECHANGES
Comme tous les ans, nous vous sollicitons pour les valeurs d’échanges.
Journée technique Calopsitte
Le samedi 6 juin 2015, à Chantonnay, salle du CDE.
Special Agapornis Show 2015
Le samedi 6 juin 2015, à Chantonnay, salle du CDE.